Actualités

IWABUCHI Koyo : Youtubeur et joueur paralympique de tennis de table

IWABUCHI Kôyô est un joueur handisport de tennis de table qui nous a montré sa détermination lors des jeux paralympiques 2021 en terminant 4e mondial. Mais plus qu’un simple pongiste, IWABUCHI Kôyô souhaite démocratiser le tennis de table pour handicapé en créant sa propre chaîne youtube.

“En l’absence de résultats de recherche pour une vidéo de tennis de table para sur le web, j’ai décidé d’en faire une moi-même et j’ai lancé ma chaîne YouTube.”

Au milieu de la pandémie de coronavirus qui nous oblige tous à réduire nos activités normales, de nombreux athlètes poursuivent leurs entraînements quotidiens en vue des Jeux paralympiques de Tokyo 2021 – et beaucoup d’entre eux partagent leurs réflexions via les médias sociaux.

Parmi eux, IWABUCHI Koyo, le joueur de tennis de table para numéro trois mondial (à partir de juin 2020, classe 9 – classe debout), qui a parlé à Tokyo 2020 de ses aspirations pour l’été prochain.

IWABUCHI Koyo : un répit offert pour promouvoir l’attrait du para-pongiste

Dans l’espoir de faire connaître l’attrait du para-sport sous toutes ses formes avant Tokyo 2020, j’ai lancé en février une chaîne YouTube que je mets à jour chaque semaine.

J’ai commencé à filmer et à monter des vidéos alors que l’on craignait que l’événement ne puisse avoir lieu en raison de l’épidémie de COVID-19. Maintenant que les Jeux ont été reportés, j’ai changé d’avis et j’ai décidé de continuer à publier de nouvelles vidéos dans le but d’accroître les connaissances des gens sur ce sport au cours de l’année prochaine.

Récemment, le nombre de mes adeptes a progressivement diminué, car les Jeux paralympiques ont été repoussés d’un an et toutes les autres compétitions ont été annulées. Néanmoins, je vais poursuivre cet effort dans l’espoir d’attirer le plus grand nombre de spectateurs possible et de contribuer à la promotion du para-pongiste.

Je crée des vidéos sous différents angles, notamment celles qui présentent mes orthèses et les commentaires de mes matchs passés. Parfois, je me donne beaucoup de mal pour trouver le bon sujet et je me demande si je peux vraiment continuer comme ça une année de plus. Pourtant, j’aimerais mener à bien ce travail jusqu’aux Jeux de Tokyo 2021.

Les déficiences ne sont pas des inconvénients à plaindre, mais des composantes essentielles des sports paralympiques

Iwabuchi Koyo Paralympique Pongiste

C’est lors des Jeux paralympiques de Rio 2016, les premiers auxquels j’ai participé, que m’est venue l’idée de créer des vidéos. Je n’avais jamais vraiment eu l’occasion de jouer devant un public jusque-là, et cette occasion de sport d’élite a donc été une expérience révélatrice. Pendant l’événement, je me suis rendu compte que de nombreux spectateurs regardaient le para-pongiste pour la première fois et ne connaissaient pas ce sport.

Le para-ping-pong englobe des personnes souffrant de différents types de handicaps, et comme il s’agit d’une compétition interpersonnelle, le meilleur moment pour moi est de saisir une opportunité et d’en tirer parti.

Une fois, lors d’un match, j’ai vu l’Italienne Giada ROSSI, numéro un mondial de la catégorie 2 (catégorie fauteuil roulant), frapper un drop près du filet. Les spectateurs locaux ont hué et raillé le jeu, se plaignant que ce n’était pas juste puisque l’adversaire en fauteuil roulant ne pouvait jamais l’atteindre. Cependant, en la voyant répéter le jeu jusqu’à la fin, le public a progressivement compris qu’il s’agissait d’une compétence qu’elle avait acquise, l’aboutissement de son dur labeur. Lorsque le match s’est terminé par la victoire de Rossi, elle a été ovationnée et une atmosphère chaleureuse a entouré la salle.

De toute évidence, elle n’aurait pas été huée si les gens en avaient su davantage sur le para-pongiste. J’ai donc pensé qu’une vidéo permettant aux spectateurs des Jeux paralympiques de Tokyo 2021 de se familiariser avec ce sport avant d’assister au match serait utile.

Comme aucun résultat de recherche de “vidéo de para-ping-pong” n’apparaissait sur le web, j’ai décidé d’en réaliser une moi-même et j’ai lancé ma chaîne YouTube. Les vidéos comprennent mes commentaires sur les forces et les faiblesses de mes adversaires potentiels à Tokyo 2021. Nous nous entraînons et développons notre plan de jeu après un examen minutieux de nos points faibles que nos adversaires pourraient identifier et exploiter.

Les handicaps ne sont pas des inconvénients qui doivent être pris en pitié, mais des composantes essentielles des sports paralympiques. Par conséquent, je pense qu’il est également important de fournir des informations sur les handicaps des adversaires.

La réintégration a permis à IWABUCHI Kôyô d’apprécier l’environnement qui l’entoure

Iwabuchi Koyo Tokyo 2021

Pendant la période où nous sommes restés à la maison après la déclaration de l’état d’urgence au Japon, les membres de notre équipe se sont arrangés pour utiliser le gymnase à tour de rôle, car les équipes ne pouvaient pas se réunir pour s’entraîner. N’ayant personne pour me renvoyer ma balle, je me suis retrouvé incapable de jouer au tennis de table pendant une période prolongée de deux mois. Cette expérience m’a rappelé que l’on ne peut faire du sport que lorsque la sécurité est garantie. Je ne pouvais qu’être reconnaissant pour cet environnement que j’avais pris pour acquis.

Maintenant, je fais beaucoup de vélo pendant mon temps libre. Avant la demande d’auto-isolement, je ne pouvais faire que le trajet entre ma maison et le centre d’entraînement. Par beau temps, je me déplace le long d’une rivière pendant quelques heures, sur une distance de 20 à 30 km. Comme mes jambes sont affaiblies, il m’est difficile et douloureux de courir sur mes propres jambes pendant une longue période. Le vélo, par contre, me donne le plaisir de parcourir une longue route à toute allure. J’aime beaucoup ce passe-temps rafraîchissant. À tel point que j’ai acheté de nombreux gadgets et que je suis sur la selle presque tous les jours.

Un autre de mes passe-temps récents est la lecture. Un livre impressionnant était “Paralympics and Japan”, un livre sur les Jeux paralympiques de Tokyo en 1964. Les athlètes paralympiques qui représentaient le Japon à l’époque vivaient pour la plupart dans un sanatorium ou étaient alités à la maison. Les personnes en fauteuil roulant travaillaient rarement. Pendant ce temps, pour les athlètes à l’étranger, le sport était un outil de réadaptation, et la plupart d’entre eux travaillaient comme les personnes valides. Ce fait a laissé une forte impression sur les paras athlètes japonais. J’ai également été surpris par l’énorme différence de sensibilisation des gens à l’égard des personnes handicapées ainsi que par l’environnement social entre le Japon et l’étranger à l’époque, et ce n’était pas si loin.

Près de 60 ans se sont écoulés depuis les précédents Jeux olympiques de Tokyo, en 1964, mais même moi, je ressens encore la différence dans la sensibilisation et l’environnement mentionnés ci-dessus.

Par exemple, bien que l’infrastructure au Japon soit bien établie, les rues sont propres, non bosselées ou rugueuses, les tournois internationaux de para sont rarement organisés. Je n’y ai moi-même participé qu’une seule fois. La rareté des événements liés au para organisés au Japon témoigne peut-être de la différence de sensibilisation. En revanche, l’Europe organise de nombreuses compétitions, bien que les rues soient parfois bosselées et accidentées, les gens semblent prendre ces facteurs en considération et le niveau de soutien et de compréhension envers les athlètes est plus élevé.

Il est vrai que les rues cahoteuses peuvent poser un problème de sécurité, mais ce qui est important pour nous, les athlètes, c’est que les événements et les matchs aient lieu. J’espère que la sensibilisation des Japonais à l’égard des personnes handicapées va évoluer.

Quelque chose de plus qu’une médaille d’or

Alors que la plupart des compétitions sportives sont annulées avant Tokyo 2021, je vais penser positivement et faire tous les entraînements que je n’avais pas pu faire auparavant. Gagner une médaille d’or est naturellement un objectif difficile à atteindre, mais en profitant du fait de concourir dans ma ville natale de Tokyo, je m’efforcerai de réaliser une performance plus que digne de remporter une médaille d’or pour contribuer à la sensibilisation aux sports para.

Je suis le type de joueur qui élève souvent la voix pendant les matchs pour me pousser plus loin. J’espère que les spectateurs se joindront à moi lorsque j’élèverai la voix, car ce sera amusant tant pour moi que pour le public.

J’espère que Tokyo 2021 servira de point de départ à l’essor du para-sport japonais plutôt que d’être une fin en soi. À cette fin, je suis déterminé à démontrer le meilleur de mes capacités afin que de plus en plus de personnes s’intéressent aux sports para et continuent à les suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer